Dès 2004, Luc Dupuis découvrait qu’un régime hypercalorique permettait de prolonger la vie de souris atteintes de la maladie de Charcot (SLA). Depuis, les pratiques sur les hommes ont été transformées. Ses travaux viennent d’être récompensés.