Meilleur placement pour un senior

Dernière mise à jourDernière mise à jour: décembre 08, 2020

À l’arrivée dans la catégorie des séniors, tout individu se retrouve, dans le meilleur des cas, avec ses économies de toute une vie. Des sommes plus ou moins conséquentes qu’il faut songer à mettre à l’abri ou bien à faire fructifier. Il existe un nombre assez important de possibilité pour les séniors de placer leur argent mais ne sont pas réalistes pour toutes les situations. Pour effectuer le meilleur placement, il faut étudier ses besoins et ses objectifs.

S’agit-il d’un complément de revenus par rapport à la pension de retraite ? Ou plutôt une épargne de précaution pour s’écarter de la dépendance ? Est-ce l’investissement à une visée de transmission ? Ou bien encore la protection de ses proches ?

S’il n’existe pas de placement universel qui marche à tous les coups et pour tout le monde, il faut garder en tête que, pour quelconque sénior, la gestion du risque doit être au centre de la réflexion de placement du fait de la durée d’investissement ne dépassant que rarement les 25 ans.

Investir dans la pierre

En matière d’immobilier, si l’investissement dans la pierre demeure peu intéressant du fait de son important coût de départ et de ses éventuels imprévus, la solution du viager peut se montrer plus fructueuse, si on est déjà propriétaire d’une ou plusieurs maisons. Le viager, qui reprend de l’intérêt ces dernières années, est une forme de vente immobilière. La personne propriétaire d’un bien, généralement âgée, vend sa maison en échange d’une rentre viagère garantie à vie tout en conservant le droit d’y vivre s’il s’agit de la résidence principale. Attention, cette rente est imposable par le fisc français.

L’acheteur, quant à lui, pourra en faire définitivement l’acquisition au moment du décès du propriétaire. Autre avantage : la vente en viager règle les problèmes de succession en évitant d’avoir recours à un notaire. Cette formule permet de s’assurer un revenu régulier jusqu’à la fin de ses jours. Le prix est négocié entre l’acheteur et le vendeur, indexé aussi bien sur la valeur du bien que sur l’espérance de vie du propriétaire.

Si vous souhaitez malgré tout miser dans la pierre sans les tracas de l’entretien ou des travaux, il est possible d’investir à travers l’immobilier géré. Dans ce cas de figure, il n’y a plus aucun acte de gestion à effectuer. En l’espèce, il s’agit de faire l’acquisition d’un appartement dans une résidence étudiante, de tourisme ou d’un Ehpad et c’est un gestionnaire professionnel qui s’occupe de l’exploitation. C’est un placement idéal et peu risqué pour des compléments de revenus si on ne souhaite pas trop s’entêter dans la gestion d’un parc immobilier. Il faut simplement penser à le déclarer dans les revenus annuels.

L’assurance-vie, un placement populaire

Même si elle connaît, du fait de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, une importante décollecte au profit de livrets réglementés, l’assurance-vie demeure l’un des placements préférés des Français avec un total de 45% des investissements. La gestion de cette épargne est en général assez simple et avec une fiscalité assez avantageuse, tout en permettant de l’alimenter sans frais. L’un de ses principaux avantages est aussi de pouvoir transmettre le capital accumulé à ses proches. Les assureurs proposent plusieurs supports d’investissement, du plus classique et sans risque au plus volatile et rentable.

En grande majorité, le capital de départ est normalement toujours garanti. C’est souvent un placement peu risqué, d’où sa popularité. Et à chaque fin d’année, le bénéficiaire récupère ses intérêts. Il n’y a que dans les cas des unités de compte (UC) et des fonds euro-croissance que la garantie de capital n’est pas assurée car le placement fluctue en fonction des marchés financiers.

Investir pour le bien de la société

Si vous êtes un amoureux de la nature, il est possible d’investir son argent dans la forêt via un groupement forestier. Ce placement s’apprécie sur le long terme et reste relativement sécurisé en restant à l’écart de la volatilité des marchés financiers. Les deux principaux indices relatifs à cet investissement sont le foncier et le bois. La performance provient de la croissance biologique de la forêt et du stock de bois. L’un des seuls risques, finalement, vient des aléas naturels tels que les incendies et les tempêtes.

Ce placement permet de s’assurer que les forêts sont durablement gérées et représente un moyen concret de préserver l’environnement. L’investissement forestier représente également des avantages fiscaux en permettant une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 18%. Le rendement brut d’un tel placement dépasse cependant rarement 2% par an.

Enfin, il est possible, et ce depuis des années, de faire des dons à des œuvres d’intérêt général ou d’utilité publique, dans la limite de 20% du revenu imposable. Il ne s’agit ici pas tant d’un investissement mais il faut connaître le mécanisme de défiscalisation. En effet, le montant versé à des associations caritatives est déduit à hauteur de 66% de l’impôt sur le revenu. Ce procédé permet de placer de l’argent de manière bienveillante et de payer moins d’impôt. Il faut le voir tel un investissement pour le bien commun qui profitera à toute la société.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *