Comment mettre des bas de contention a une personne agée?

Dernière mise à jourDernière mise à jour: décembre 08, 2020

Réputé élastique, solide, et extrêmement compressif, le bas de contention peut souvent confronter la personne qui le manipule à des difficultés d’enfilage.

Et pour cause ! Ce dispositif médical créé il y a un siècle, se présente sous forme de chaussettes, de bas ou de collants. Il est, dans la majorité des cas, composé de polyamides, des polymères thermoplastiques très résistants mais aussi et surtout très élastiques.

Leur fonction est de fortement comprimer les membres inférieurs afin de favoriser une meilleure circulation du sang dans les veines. Les bas de contention sont prescrits, et donc remboursés par la Sécurité sociale, en cas de varices des jambes, d’insuffisance veineuse, ou simplement parfois pour soulager la sensation des jambes lourdes. Leur port peut enfin prévenir les risques de thrombose veineuse et de phlébite.

Toujours faire preuve de précaution

Malgré leur apparence simpliste, les bas de contention nécessitent une manipulation précautionneuse et ne doivent pas être enfilé de n’importe quelle manière. Généralement, il faut les mettre le matin, le plus tôt possible après le lever, juste après la toilette, sur peau sèche.

Si vous êtes un aidant, et que vous enfilez les bas ou les chaussettes à une personne alitée, il faut veiller à ce que celle-ci soit bien installée le dos droit, ou complètent allongée, les jambes tendues, ou posées sur un repose-pied.

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/ZbOni_2rQ44″ frameborder= »0″ allow= »accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture » allowfullscreen></iframe>

Si le patient présente une plaie sur la jambe, il faut la protéger à l’aide d’une compresse stérile bien fixée. Bien entendu, avant d’enfiler un bas, il ne faut appliquer ni crème ni de lait corporel sur les jambes, qui doivent rester sèches, pour faciliter le procédé.

Pour éviter de filer ou d’abîmer les bas, veillez à retirer les bagues au doigt et portez éventuellement des gants fins en plastique.

Suivre la bonne méthode

Pour enfiler le plus facilement les bas de contention, il est conseillé de suivre pas à pas les étapes suivantes :

  • Retourner le bas ou la chaussette sur l’envers jusqu’au talon, de sorte que seulement la partie du pied soit à l’endroit.
  • Introduire d’abord la pointe du pied dans le vêtement, puis le talon.
  • Dérouler jusqu’à la hauteur du mollet et ajuster au niveau des orteils, du talon et de la cheville pour éviter la création de plis.
  • Répéter les précédentes opérations sur l’autre pied s’il s’agit d’un collant de contention.
  • Dérouler enfin le vêtement le long de la jambe, jusqu’en dessous du genou pour les mi-bas ou jusqu’en haut de la cuisse pour les bas, ou jusqu’à la taille pour les collants.
  • Enfin, lisser les plis en massant les jambes du bas vers le haut. Cette dernière opération peut être réalisée avec des mains humidifiées pour plus d’efficacité.

La sensation de jambes plus légères, ou moins douloureuses sera alors immédiatement prononcée après la pose des bas de contention. Il faut les garder toute la journée et ne les retirer que le soir. Il est recommandé de rester allongé 15 minutes avant de les enlever. Pour ce faire, il faut répéter l’opération inverse de l’enfilage.

D’abord, s’asseoir et dérouler doucement le vêtement le long de la jambe. Attention à ne pas placer les mains entre la peau et le bas pour éviter de l’abîmer.

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/t_EbDS1KVkw » frameborder= »0″ allow= »accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture » allowfullscreen></iframe>

Une fois arrivé au pied, lorsqu’une partie du bas de contention pendouille au bout du pied, glisser simplement la partie supérieure, collée au talon, sous la plante du pied. Puis, ôter complètement la chaussette en l’attrapant par les orteils. Votre bas de compression est retiré !

Penser à bien entretenir son matériel

Même si l’entretien des bas de contention est assez simple, il faut avoir en tête quelques bons réflexes pour éviter qu’ils ne se détériorent avec le temps. Ils finissent par être inefficace lorsqu’ils sont trop mous ou trop étirés. Si vous constatez que la bande de fixation commence à friser ou que la zone de la cheville devient lâche, les bas sont hors d’usage.

Pour les nettoyer correctement, il faut les laver à la main avec de l’eau tiède et un savon neutre (comme le savon de Marseille) et sans adoucissant. Il est préférable de se référer à la notice du dispositif médical pour savoir le lavage en machine est possible. Une fois nettoyé, le bas doit être abondamment rincé puis essoré sans être tordu. Le laisser sécher à plat et à l’air libre, mais jamais au sèche-linge. Il ne faut, évidemment, pas le repasser au fer.

Si vous rencontrez la moindre difficulté, il est toujours possible de s’adresser à votre pharmacien ou à votre médecin traitant. Il est important de rappeler que des complications sont toujours possibles du fait des bas de compression : sécheresse de la peau, allergie, eczéma. Il convient de les traiter à l’aide d’une crème à mettre au coucher, ou d’opter pour un autre matériau de compression. Il en existe notamment en laine, en fil d’Ecosse ou en viscose de bambou.

C:\Users\arnaud.gruet\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\product_3340005b.jpg

Enfin, si les méthodes d’enfilage énoncées ci-dessus sont insurmontables, il existe des outils spécifiquement créés pour aider les personnes en situation de mobilité réduite à enfiler et retirer elle-même leurs bas de contention. Il faudra débourser entre 30 et 40 euros pour faire l’acquisition d’un enfile-bas ou d’un retire-bas.

Si le bas de contention est réputé pour être souvent prescrits aux personnes alitées, l’Observatoire du dépistage et de la prise en charge de la maladie veineuse en médecine générale estimait, en 2012, que près d’un tiers des patients français étaient insuffisants veineux, et que seulement 30% d’entre eux étaient traités en raison d’une pathologie sous-estimée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *